Recherche


Rechercher dans ce Blog


vendredi 17 octobre 2014

Condamné


Tristesse égarée dans le passée
Joie de vivre oubliée, dépassée
Cocon vide où je suis désormais
C'est toujours moi qu'on blâmait
Coupable, assassin, traitre
Pas moyen de s'en remettre
Au pied de cet arbre je suis
Enterré, abattu, laissé mort
Moi qui me suis cru assez fort
Pour m'échapper durant la nuit
Je me suis condamné moi-même
Loin de toutes mes gemmes
Amassées par ma fourberie
Les autres me regardent et rient

1 commentaire: